top of page
Rechercher
  • sandra_coaching

Le semeur (n°1)

Dernière mise à jour : 25 janv. 2021

Si on prenait le temps de prendre le temps ...


Le monde s'accélère radicalement, et parfois même brutalement. Nous le savons, nous en parlons, nous lisons sur le sujet, nous nous informons mais que fait-on concrètement pour être acteurs du changement plutôt que de subir l'accélération qui a des répercussions entre autres sur nos relations ?


Connaissez-vous la parabole du semeur ? Elle me semble adaptée dans le contexte que je viens d'évoquer.


« Un semeur est sorti pour semer. Comme il semait, des graines sont tombées au bord de la route ; les oiseaux sont venus et les ont mangées. D’autres graines sont tombées sur un sol rocailleux, où il n’y avait pas beaucoup de terre. Elles ont tout de suite levé, parce que la terre n’était pas profonde. Mais quand le soleil s’est levé, les jeunes plantes ont été brûlées, et elles se sont desséchées parce qu’elles n’avaient pas de racines. (...) Enfin, d’autres graines sont tombées sur de la bonne terre et ont produit l’une 100 grains, l’autre 60 grains, et l’autre encore 30 grains. Que celui qui a des oreilles écoute. »


Cette élégante parabole sert un objectif précis dans son contexte, mais comme à mon habitude, je vais en détourner l'interprétation pour servir un sujet qui m'est cher : apprendre à prendre le temps. Et rendons à César ce qui est à César, cette parabole est tirée des écritures grecques chrétiennes et plus précisément du chapitre 13 du livre de Mathieu.


Quel rapport entre le fait de prendre son temps dans un monde qui va vite, un monde qui consomme, qui jette facilement et la parabole du semeur ?


Il me semble que la parabole parle d'elle-même, néanmoins, je vais "prendre le temps" de vous proposer plusieurs interprétations. Mettons un pas de côté et analysons en quoi ces paroles d'une grande sagesse pourraient nous aider à appréhender la vie autrement, à prendre le temps de vivre pour de vrai, nos relations, qu'elles soient amicales, familiales, professionnelles ou amoureuses, ressentir, éprouver la beauté d'une relation qui, à défaut d'être parfaite, la perfection n'étant pas de ce monde, serait vraie et authentique.


Nous vivons dans un monde qui va toujours plus vite : digitalisation, mondialisation, changement, massification, révolution technologique ... Cette vitesse, cette consommation massive de temps que l'on n'a plus, engendrant une forme de précarité, une surcharge mentale et psychologique, ont des conséquences sur nos comportements parfois extravagants, qui ne sont plus en adéquation avec notre moi-profond. Tourbillon de vitesse qui peut nous faire oublier nos valeurs, notre raison d'être, notre identité... et finalement nous éloigner de ce qui est vraiment important pour nous.


Réussite personnelle et professionnelle dans un monde accéléré peuvent aussi être vécus comme des challenges qui peuvent provoquer stress et anxiété. Vais-je réussir ? Vais-je être capable de ? Vais-je être à la hauteur ? (à la hauteur de quoi d'ailleurs ?)



Nos repères actuels, à défaut de disparaitre sont flous et bougeants, tel est notre lot en tant qu'êtres humains aujourd'hui. Nous vivons les conséquences de turbulences de ces dernières décennies. Aujourd'hui nous tentons de redonner du « sens » à notre grande équation universelle, nous aspirons à l’autonomie, à la réalisation de soi, à la douceur du moment présent, à la douceur d'une vie plus sereine et plus épanouie. C'est dans cette perspective que je vous propose cette réflexion et ce, dans deux domaines spécifiques : nos relations d'amitié et la sphère amoureuse.


« Un semeur est sorti pour semer. Comme il semait, des graines sont tombées au bord de la route ; les oiseaux sont venus et les ont mangées."


Les graines sont tombées ... le semeur a semé par inadvertance, il n'a pas vraiment choisi où il souhaitait semer puisque les graines sont simplement tombées. De la même manière, dans nos relations amicales ou amoureuses, choisissons-nous où nous voulons semer ? Avons-nous bien pris le temps d'identifier les amitiés que nous avons envie de "cultiver"? Celles qui valent la peine que l'on y passe du temps, cette denrée rare parfois. Quelles sont nos critères de sélection ? Cherchons-nous des ami.e.s qui ont les mêmes valeurs que les nôtres ? Cherchons-nous plutôt l'altérité ?


Quand nous avons pu identifier ce qui est vraiment important pour nous dans une relation amicale ou amoureuse, alors nous savons où et quoi cultiver. Je vous invite chaleureusement à cette réflexion.


"D’autres graines sont tombées sur un sol rocailleux, où il n’y avait pas beaucoup de terre. Elles ont tout de suite levé, parce que la terre n’était pas profonde. Mais quand le soleil s’est levé, les jeunes plantes ont été brûlées, et elles se sont desséchées parce qu’elles n’avaient pas de racines".


Encore une fois, le choix du sol a été déterminant dans cette situation. Faisons un parallèle avec nos relations. Deux critères sont pris en compte ici : le temps (le soleil s'est levé et les plantes ont brûlé) et la qualité de la terre (pas assez profonde). En ce qui concerne nos relations amicales et amoureuses, semons-nous sur une terre qui n'est pas assez profonde ? Quelles relations méritent notre attention ? notre temps ? notre énergie ? Avons-nous identifié en amont la profondeur de la relation que nous souhaitons cultiver ? Ce travail en amont pourrait nous "préserver" à bien des égards. Identifier qui est vraiment important pour nous, ainsi que les qualités que l'on souhaite retrouver chez l'autre, nous donnera l'envie, l'énergie d'aller vers l'autre avec authenticité, sans crainte d'être rejeté ou se sentir de trop que ce soit dans la sphère amicale ou amoureuse.


La notion de temps est bien sûr importante ici : cela équivaut à arroser délicatement, ni trop, ni trop peu, et sur la longueur afin de prendre soin de la plante dont les racines prennent le temps de s'épanouir sous la terre. C'est ce qui est invisible pour les yeux et pourtant bien réel.



"Enfin, d’autres graines sont tombées sur de la bonne terre et ont produit l’une 100 grains, l’autre 60 grains, et l’autre encore 30 grains."


Le choix de la "bonne" terre semble être un critère déterminant, je fais référence, comme évoqué précédemment, au fait d'avoir identifié qui et quoi est vraiment important pour soi. Cependant, la perfection n'appartenant pas au genre humain, nous pouvons aussi nous tromper, rencontrer une personne et nous rendre compte avec le temps que ce qu'il y a sous les couches superficielles ne nous plait pas. On peut ne plus avoir envie d'investir dans une relation finalement "peu profonde" mais se dire pour autant que c'est OK d'y mettre un point final. Une estime de soi forte nous permettra de pouvoir mettre un terme à une relation amicale ou amoureuse sans dégâts sur l'identité. Car l'ETRE de la personne ne serait absolument pas remis en cause, mais plutôt la relation. https://www.youtube.com/watch?v=CNtzCM7DdPA



Quand nous avons franchi la première étape : identifier quelle relation mérite notre attention, notre énergie, notre tendresse, notre temps, nous entamons en quelques sortes un beau voyage. Quelle belle perspective n'est-ce pas, que de savoir que le meilleur est encore à venir. Rappelons-nous que les grecques de l'antiquité, avaient huit manières différentes de décrire l'amour. Philia ou amitié est considérée comme une relation d’estime mutuelle. Il peut être un type d’amour ressenti entre amis qui ont vécu ensemble des moments difficiles. Selon Aristote, l'amitié implique souvent le sentiment de loyauté entre amis, la camaraderie entre coéquipiers et le sens du sacrifice. Le Larousse (moderne) quant à lui, décrit l'amitié comme étant un "sentiment d'affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu'une personne témoigne à une autre". C'est aussi de la bienveillance, de la gentillesse, de la courtoisie chaleureuse manifestées dans les relations sociales et privées."


L'amitié ainsi définie, ne donne-t'elle pas envie qu'on s'y investisse ? Que l'on prenne le temps de choisir le bon terreau ? Que l'on prenne le temps de la cultiver ? Alors, concrètement, comment s'y prendre ? Chacun y va de ses stratégies cependant pourrais-je peut-être évoquer le fait d'arroser et d'être constant à enlever les mauvaises herbes, à protéger du vent, à mettre de l'engrais quand cela est nécessaire... ça pourrait être programmer quand on va prendre des nouvelles et s'y tenir, un mot gentil, un encouragement, prendre l'autre dans les bras si besoin, une communication honnête et transparente mais toujours avec tact, une bienveillance sans faille, du rire, beaucoup de rire.



Qu'en est-il de l'Amour avec un grand A, celui que l'on offre à l'être aimé, cet amour qui engloble la Pragma, la Ludus, l'Agape, l'Eros (un peu ou pourquoi pas beaucoup tant qu'il est accompagné des autres types d'amour).

Quel est le lien entre les différents types d'amour et le fait de prendre le temps de s'investir dans une relation, de cultiver un jardin qui appartient à deux êtres qui comptent l'un pour l'autre. J'y arrive...


Le mot « amour » est extrêmement galvaudé et appelle à un travail de discernement. Je vous invite ici à apprendre à identifier le type d'amour mis en oeuvre pour mieux comprendre ce qu'il implique et quoi mettre en oeuvre pour le cultiver. Je vous propose ce bref rappel :


L'amour Agape est le type d’amour le plus élevé et le plus profond selon les Grecs, il s'agit d'un amour inconditionnel désintéressé. C’est la forme d’amour la plus pure qui soit, exempte d’attente, et qui accepte les défauts et les faiblesses des autres.


L'amour Pragma est un amour qui a été cultivé, qui a mûri et évolué avec le temps. La pragma rejoint bien l'idée de la parabole du semeur. C'est le résultat d’un effort des deux conjoints. C’est l’amour entre deux personnes qui ont appris à faire des compromis, et à faire preuve de patience et de tolérance pour que la relation fonctionne. Ils ont aussi appris à accepter la fragilité de l'autre. Ils ont été attentifs à leur relation.



Eros représente l’idée du désir et de la passion. Il est une forme d’amour passionné et intense qui suscite des sentiments sur le plan intime et romantique. Il suscite un désir ardent. Eros est un feu primal et puissant qui s’éteint rapidement. Il a besoin que sa flamme soi attisée par l’une des formes les plus profondes de l’amour. Nous allons voir lesquelles un peu plus bas.


Et finalement, il y a l'amour Ludus, ou l’amour ludique, l’amour et l’intimité sont considérés comme un jeu. On parle ici de jeu de séduction. C'est l’espièglerie sous une forme saine, c'est l’un des éléments clés qui préservera l’innocence enfantine et gardera l’amour vivant, intéressant et excitant dans le couple. https://www.youtube.com/watch?v=SKaGKqFTyJ8


Revenons-en à l'amour envers l'être cher. Il est bon de cultiver l’amour Ludus (l'amour espiègle) par le jeu, l'espièglerie, en trouvant un terrain d'entente implicite, ce terrain d'entente qui ne nécessite pas d'être verbalisé, c'est celui qui se met naturellement en place. C'est la forme d'amour qui permettra de garder une dynamique enfantine. Il est bon aussi de cultiver Eros (l'amour érotique), le feu ardent tel que l'appellaient les grecs, qui s'atténue avec le temps mais qu'il ne tient qu'à nous d'attiser. Chacun y va de sa créativité pour cultiver Eros, rappelons la sensualité, la complicité et l'authenticité qui permettront une séxualité épanouie.


A mesure que la relation murit, que ces formes d'amour se mettent en place naturellement, nous pourrons alors aller sereinement vers la Pragma (l'amour durable), cet amour qui nous renforce, nous protège, nous sécurise jusqu’à pourquoi pas, la fin de notre vie. N'oublions pas la tolérance, l'humour et d'accepter la fragilité de l'autre et surtout de pardonner abondamment en passant sur des détails qui n'ont aucun enjeux sur notre vie. https://www.youtube.com/watch?v=WXMf8UN1sXI


Nous pourrons ainsi passer d'un amour consommable à une écologie amoureuse durable, sécurisante, douce, saine et sereine.


Je vous encourage à prendre du recul et à observer vos actions, vos pensées, vos ressentis. Je vous propose d'explorer vos manières d'aimer en amitié et en amour, à identifier comment vous choisissez vos ami.e.s, votre partenaire. Cela vous permettra de voir quoi et qui est vraiment important pour vous. Je vous encourage à cultiver vos relations telle le semeur qui a choisi un terreau profond, fertile et qui patiemment en a pris soin.




Je terminerai par cette mélodie inspirante qui nous incite à prendre le temps de prendre le temps, de respecter les étapes qui sont en phase avec notre écologie interne.



Peut-être pourriez-vous fermer les yeux, prendre quelques grandes inspirations et expirations et vous laisser aller par la douceur de la mélodie. Peut-être pourriez-vous même associer cette mélodie ou une autre de votre choix à un état interne de sérénité. Et quand le tourbillon de la vie tentera de vous embarquer avec lui, vous pourrez peut-être vous arrêter quelques instants, prendre de grandes inspirations et vous imprégner de votre mélodie afin de vous connecter à l'instant présent..


Je ne détiens aucune vérité, mais si la voie sur laquelle vous cheminez actuellement ne vous convient plus, peut-être cette réflexion vous engagera-t'elle sur une voie différente et plus écologique de votre moi-intérieur. Prenez soin de vous, toujours, Sandra



244 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page