top of page
Rechercher
  • sandra_coaching

Se libérer des bagages émotionnels

Dernière mise à jour : 22 juil. 2022

Chacun de nous porte en lui son histoire et ses propres bagages émotionnels. Plus ou moins lourds. Plus ou moins chargés. Tantôt faciles à ressentir, tantôt plus difficiles.


Avant d'aborder le thème de la libération émotionnelle, je vous propose dans un premier temps un bref rappel de ce que sont les émotions, à quoi servent elles, comment surviennent elles et enfin comment s'autoriser à les ressentir pour mieux les accueillir.


Pour rappel, les six émotions fondamentales proposées par le psychologue américain Paul Eckmann sont la joie, la colère, la peur, la tristesse, la surprise et le dégoût. Tel une palette de couleurs, elles servent de matériau de base à d'autres émotions dites secondaires.


Alors concrètement, c'est quoi une émotion ?


C'est une réaction affective, rapide d'intensité, plus ou moins forte qui survient, face à un événement déclencheur. Les émotions sont un moyen d'obtenir des informations sur ce qui se passe en nous. Elles servent en quelques sortes de GPS à l'action en nous indiquant la voie à suivre pour aborder chaque situation avec efficacité.

Ressentir de la joie, de l'amour, c'est bon, c'est doux, c'est chaud. Là où cela se corse est quand on peine à gérer les émotions plus difficiles comme la colère, la tristesse ou la peur. Qu'est-ce qu'on en fait quand elles nous embarquent dans un tourbillon incontrôlable ?


Une gestion non adaptée de nos émotions pourrait nous amener à faire ou dire des choses qui ne sont pas compatibles avec nos valeurs profondes. En réaction hâtive, nous pourrions adopter des comportements en parfaite opposition avec notre moi intérieur et ainsi bousculer notre équilibre interne. Par exemple, en réaction à une colère non canalisée, nous pourrions nous emporter contre quelqu'un et dire des mots blessants. Cela nous éloignerait de ce qui est vraiment important pour nous, par exemple de nos valeurs mais également de la personne que nous avons blessée et qui est importante pour nous.


Autre exemple et malheureusement très commun puisque je rencontre régulièrement des personnes en cabinet avec ce type de problématique : des personnes se fixent des objectifs de remise en forme via un rééquilibrage alimentaire. Les aléas de la vie les emportent parfois dans des vagues émotionnelles. Alors que la raison leur dit "garde en tête ton objectif", les émotions, elles, les embarquent souvent dans des comportements qui ne sont pas salutaires. La personne se rue sur des aliments "réconfort" et l'engagement qu'elle a pris envers elle-même auparavant tombe à l'eau. Nous ne sommes pas des êtres rationnels. Nous sommes avant tout des êtres émotionnels.


Fataliste ? Non fort heureusement. Il existe aujourd'hui beaucoup de moyens pour apprendre à "accueillir" ses émotions et à comprendre le message qu'elles nous envoient.


Plus nous nous entrainerons à ressentir nos émotions, plus nos réactions seront adaptées et correspondront à ce qui est important pour nous : nos valeurs par exemple et à qui est important pour nous : notre entourage, nos proches, les gens que nous aimons. Quand les personnes que j'accompagne en coaching ou thérapie ACT (thérapie d'acceptation et d'engagement) ont pour objectif de travailler leur gestion des émotions, je leur propose de les aider à travailler leur position méta, la prise de recul, la "défusion cognitive" (je défusionne de mes pensées, je ne suis pas mes pensées, je fais un pas de côté et j'observe). Je leur propose de devenir "des Jedi de l'observation de soi", s'observer simplement, ressentir l'émotion, l'accueillir, la comprendre : Quelle est cette émotion qui me submerge ? Qu'est-ce qu'elle touche chez moi ? Quelles valeurs ? Aussi loin que je peux aller dans mon passé, quand ai-je ressenti cette émotion auparavant ? A quel moment de ma vie me renvoie cette émotion ? Où se situe t'elle dans mon corps ? Comment je l'appréhende ? Ai-je envie de l'éviter, de la contourner ou même de la fuir ? Quels comportements seront la réponse à mes émotions ?





Myriam Brousse, auteure du livre "Les mémoires du corps, se libérer de la répétition des traumatismes" est thérapeute depuis plus de quarante ans et spécialiste en psychosomatique. Madame Brousse, également fondatrice de l'Ecole de mémoire cellulaire, nous rappelle que notre corps est habité par des souvenirs enfouis, issus de la période qui entoure notre naissance, voire des expériences de nos parents. Ces souvenirs sont bien sûr liés à des émotions. Ces événements parfois enfouis dans nos "mémoires cellulaires" dont un des canaux est l'émotion qui y est rattachée, suscitent des souffrances, des échecs et des actes manqués qui ressurgissent, de façon répétitive dans nos vies. Elle nous propose de "plonger" dans cette dimension émotionnelle, de ressentir au plus profond de nos entrailles ces blessures, ces souffrances qui reviennent et reviennent sans cesse tout au long de notre vie tant que nous n'avons pas effectué un travail approfondi sur nous-mêmes. Myriam Brousse nous propose d'intégrer la dimension spirituelle de notre existence afin d'abandonner une dimension purement cérébrale de nos vies, pour accéder à une vision plus profonde, ancrée dans notre corps.


Ce travail sur soi n'est pas simple et cela demande du courage de plonger dans des émotions profondément ancrées et qui ont marqué notre corps parfois au fer rouge.


« Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire. » Carl G. Jung



Il existe beaucoup de moyens aujourd'hui pour apprendre à "gérer" nos émotions. Par exemple, en coaching PNL, le coach accompagnera une personne en souffrance émotionnelle à l'aide de techniques régressives qui l'aideront à "ressentir" et pourquoi pas retravailler le système. Ce travail aura des effets bénéfiques sur le présent et sur le futur de la personne accompagnée.


Plus nous nous entrainerons à ressentir nos émotions, plus nos réactions seront adaptées et correspondront à ce qui est important pour nous. Un travail en thérapie ou coaching pourrait être un bon début pour plonger dans cette "obscurité" dont parle Jung. Si vous lisez cet article, c'est que le sujet vous a intéressé. Je vous encourage à ressentir vos émotions .. les accueillir .. intégrer une dimension plus spirituelle que cérébrale. Prenez soin de vous, chaque jour.


Sources :


"Le guide santé des émotions ", Sens et santé, le Monde, hors série n° 5, 2021

"La boîte à outils de l'intelligence émotionnelle", Martine-Eva Launet, Céline Peres-Court, Dunod, 2018.

"Les mémoires du corps, se libérer des traumatismes", Myriam Brousse, La Roche, 2021




250 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page